À Paris, l’apéro se prend maintenant sur des palettes de bois

C’est la dernière tendance parisienne : les palettes de bois aux terrasses des cafés, apparues lors du déconfinement, pourraient bien s’inscrire durablement dans le paysage urbain.

Par Pierre • le 21 août 2020

Déconfinement et extension des terrasses

Fermés depuis le 14 mars 2020 en raison de la crise sanitaire et des mesures de confinement, les bars, cafés et restaurants ont eu l’autorisation de rouvrir partiellement à Paris à partir du 2 juin. Alors encore classée en zone rouge en raison d’une circulation toujours active du virus, la capitale avait dû se résigner à n’ouvrir que les terrasses des cafés.

Pour permettre aux professionnels de la restauration de combler le manque à gagner, la mairie de Paris leur avait donné l’autorisation d’étendre leurs terrasses au-delà du périmètre habituel, et d’occuper gratuitement une partie de l’espace public.

Les restaurateurs devaient signaler leur souhait de profiter de cette extension, et remettre un schéma du plan d’occupation souhaité. Les terrasses pouvaient ainsi être étendues le long des commerces, sous réserve de l’accord de ces derniers, et occuper jusqu’à trois places de stationnement en face du restaurant ou du café concerné.

Par ailleurs, une vingtaine de rues, situées dans des zones touristiques, ont été rendues piétonnes pour permettre l’extension des terrasses.

Les palettes de bois à la rescousse des restaurateurs

Pour de nombreux restaurateurs, il a donc fallu trouver une solution en urgence pour meubler à moindres frais ces nouvelles surfaces de terrasses. C’est ainsi que les palettes de bois sont apparues, installations éphémères et économiques qui permettent de délimiter l’espace entre la rue et la terrasse. Posées à l’horizontale, elles servent aussi de table ou d’estrade pour surélever le sol.

Les gérants de cafés et de restaurants ont multiplié les techniques pour se procurer ces palettes devenues précieuses. Quand certains parvenaient à les récupérer auprès des entreprises de livraison, d’autres allaient les acheter dans les grandes enseignes, ou les fabriquaient eux-mêmes à partir de planches de bois de récupération.

Très vite, chaque bistrot a customisé ce nouveau mobilier, et les restaurateurs ont retroussé leurs manches pour peindre, taguer ou fleurir ces palettes. « Il y a une vraie créativité, une vraie émulation qui transfigure certains quartiers », a déclaré David Belliard, adjoint écologiste à la mairie de Paris, en charge de la transformation de l’espace public.

David Belliard n’est pas le seul à se réjouir de ces nouvelles installations, qui s’inscrivent dans une démarche d’économie circulaire en offrant une deuxième vie aux palettes. « Nous souhaitons [...] pérenniser les terrasses installées par les restaurateurs », a ainsi annoncé la maire de Paris Anne Hidalgo, dans une interview accordée au journal Le Parisien.

Ces installations éphémères vont donc probablement transformer durablement le paysage urbain de la capitale.