Le menu idéal pour rester éveillé au volant

Une étude commandée par l’association Assurance Prévention et menée par deux médecins spécialistes révèle la composition du « menu vigilance » au volant. Nous savons aujourd’hui qu’un repas trop copieux favorise la somnolence. Mais quels aliments privilégier pour rester éveillé au volant ?

Par Pierre • le 5 août 2020

Hydratation, index glycémique bas et mélange de goûts amers et acides

Assurance prévention, l’association de la Fédération française de l’Assurance, a commandé une étude menée par le médecin endocrinologue Fabrice Bonnet et le médecin cardiologue et nutritionniste Frédéric Saldmann.

70 personnes âgées de 23 à 70 ans ont pris place dans un simulateur de conduite après avoir testé différents menus. Un capteur optique infrarouge étudiait alors les signes de fatigue, comme les positions du corps, les bâillements ou encore les micromouvements des globes oculaires. Des essais de freinage ont également été réalisés, afin de comparer les différents temps de freinage selon les menus ingérés.

À partir des résultats de ces tests, l’étude a révélé la composition du « menu vigilance », idéal pour rester éveillé au volant. Il contient les aliments suivants :

  • Une entrée avec du concombre et du radis, ou une salade de pois chiche avec des tomates au vinaigre, ou du houmous sur des feuilles d’endives.
  • Un plat principal à base de poisson blanc et de lentilles, ou de blanc de poulet citronné avec des courgettes au thym cuites à la vapeur, ou d’une omelette au blanc d’œuf et aux champignons.
  • Un dessert composé d’un kiwi et d’un carré de chocolat noir à 90 % de cacao. Le kiwi peut être remplacé par une nectarine ou un petit bol de cassis ou de groseilles.
  • De l’eau à volonté, et du café avec modération.

Ces aliments ont tous en commun un index glycémique bas et ne nécessitent pas de gros efforts de digestion. De plus, les médecins ont constaté que l’amertume et l’acidité permettaient de maintenir une vigilance maximale.

Les dangers de la somnolence au volant

A contrario, un repas trop riche, trop calorique et trop gras favorise l’endormissement au volant, avec des conséquences parfois dramatiques. La somnolence au volant est la première cause de mortalité sur l’autoroute : elle est en cause dans un tiers des accidents mortels.

Elle provoque des endormissements très brefs, de 1 à 4 secondes seulement. Or, lorsqu’un conducteur roule à 130 km/h sur l’autoroute, il parcourt 150 mètres en 4 secondes. Une distance largement suffisante pour provoquer un accident grave.

La somnolence au volant n’est pas uniquement liée à l’alimentation. Elle peut être provoquée par un manque de sommeil, la chaleur ou encore la consommation de certains médicaments.

Lorsque vous prenez la route, privilégiez donc le « menu vigilance », et arrêtez-vous pour vous reposer au premier signe de fatigue !