Manger épicé permettrait de lutter contre les maladies chroniques

Gingembre, curcuma, cannelle... outre leur intérêt gustatif, les épices auraient une autre vertu, celle de prévenir et réduire certaines maladies chroniques comme le diabète, l’arthrose ou l’endométriose, grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires. Découvrez ici les avantages d’un repas épicé et comment manger ces épices.

Par Jean • le 18 décembre 2020

Les épices, des aliments anti-inflammatoires

Comme l’explique le docteur Catherine Lacrosnière, médecin nutritionniste, dans une interview accordée au journal Le Parisien, de nombreuses épices possèdent des propriétés anti-inflammatoires qui permettent de prévenir certaines maladies chroniques, ou d’en atténuer les symptômes.

Ainsi, le gingembre, la cannelle, le curcuma ou encore la cardamone font partie des épices les plus puissantes pour lutter contre l’inflammation. Elles aideraient à soulager les symptômes de l’endométriose, des maladies inflammatoires des articulations comme l’arthrose, ou des maladies inflammatoires du côlon, comme la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique. Elles permettraient également de prévenir les problèmes cardiovasculaires, mais aussi le diabète et l’obésité.

Une étude scientifique publiée dans le Journal of Nutrition, menée par des chercheurs en sciences nutritionnelles à l’Université d’État de Pennsylvanie, a démontré que la consommation d’épices faisait diminuer les marqueurs inflammatoires après un repas riche en glucides et en graisse.

Comment consommer ces épices anti-inflammatoires ?

Pour tirer au mieux profit de leurs propriétés anti-inflammatoires, il convient de savoir quelles épices sont les plus adaptées aux pathologies ciblées. Selon Catherine Lacrosnière, le curcuma, grâce à son principe actif la curcumine, est particulièrement approprié en cas de douleurs articulaires, et doit être consommé en association avec un corps gras, comme l’huile d’olive, pour être mieux assimilé.

Curcuma en bocal

 

La cannelle moulue est plus riche en fibres que la cannelle en bâton. Elle aide à stimuler le système immunitaire, et à réguler la glycémie et le taux de cholestérol. Elle est donc intéressante pour les personnes diabétiques, et les personnes souffrant de troubles circulatoires ou de pathologies cardiovasculaires.

Cannelle en bâton

 

Le gingembre, qui contient de nombreuses molécules anti-inflammatoires, parmi lesquelles le gingérol, aiderait notamment à lutter contre la maladie d’Alzheimer. Il apaise également les douleurs musculaires et les spasmes du système digestif.

Gingembre

 

Toutes ces épices peuvent être intégrées à la cuisine quotidienne, ce qui permet par ailleurs de réduire la quantité de matières grasses, contenues par exemple dans le beurre ou la crème fraîche servant à préparer les sauces, qui sont ajoutées lors de la préparation des plats. Les épices sont en effet très intéressantes sur le plan gustatif, et se suffisent à elles-mêmes pour relever de nombreuses préparations, tant sucrées que salées.

Ainsi, un peu de cannelle dans le fromage blanc évitera d’y ajouter du sucre, et le curcuma remplacera avantageusement la crème fraîche dans une poêlée de légumes. Si vous ne souhaitez vraiment pas cuisiner avec des épices, il est possible de les consommer en boisson, sous forme de tisanes ou de « lait doré », comme l’explique le docteur Catherine Lacrosnière. Ce lait doré, reconnu pour ses nombreuses vertus par la médecine traditionnelle indienne, s’obtient en mélangeant de la pâte de curcuma à du lait végétal et de l’huile de coco.

 

Pour préparer la pâte de curcuma, faites chauffer dans une casserole une tasse d’eau, ½ tasse de curcuma et ½ cuillère à café de poivre noir. Lorsque le mélange a pris une texture pâteuse, laissez-le refroidir et placez-le au frigo. Préparez ensuite le lait doré en mélangeant dans une casserole une tasse de lait végétal, comme par exemple du lait d’amande ou d’avoine, ¼ de cuillère à café de pâte de curcuma et 1 cuillère à café d’huile de coco.